Mise sous bon de caisse des enseignants : Un motif de plus pour durcir le ton.

Partagez

 575 vues

Libreville, le 29 Novembre 2021( NVG)- Depuis le 27 septembre dernier, le système éducatif gabonais connait des perturbations dues aux revendications de certaines centrales syndicales. À ce titre, le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale Théodore Koumba a ordonné de mettre sous bon de caisse les enseignants grévistes. Et pour durcir le ton, les enseignants ont décidé de poursuivre leur mouvement d’humeur.

C’est au cours d’une assemblée générale tenue le samedi 27 novembre dernier à l’école publique Martine Oulabou de Libreville que les membres de la convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasyced) et du syndicat de l’éducation nationale ( Sena) se sont réunis pour dire oui à la poursuite de leur mouvement d’humeur. Pour Blaise Nkoghe Meye, délégué national aux revendications et au plaidoyer à la Conasyced : << La mise sous bon de caisse fait du gouvernement l’auteur de la poursuite du mouvement de grève au niveau des établissements scolaires >>.

Rappelons que les deux syndicats qui sont en grève depuis le mois de septembre dans le secteur éducatif sont le Sena et la Conasyced. Ces derniers réclament comme depuis longtemps déjà, les problèmes de régularisation des situations administratives bloquées depuis plus de six ans et l’organisation des concours internes de l’école normale supérieure ( ENS) et l’école nationale des instituteurs ( ENI).

Pour les leaders syndicaux, cette mise sous bon de caisse est un abus de trop de la part du gouvernement car la grève est un droit constitutionnel. Pour Nkoghe Meye: << Il faut que le gouvernement restitue les bons de caisses conformément aux dispositions de l’article 71 du statut général de la fonction publique, il n’est pas question qu’on retire le moindre franc aux enseignants.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *