Éducation / APE : des coquilles vides sans importance ni aucun intérêt ?

Partagez

 64 vues

Libreville, le 27 Septembre 2021( NVG)- Au Gabon, il existe depuis des années déjà, une fédération nationale des parents d’élèves ( FENAPEG) tout comme la coordination des associations des parents d’élèves ( Capeg), des entités dont on ignore dans la pratique et les faits, la dimension de leur participation dans le secteur éducatif mais dont font partie plusieurs associations de parents d’élèves réparties dans l’ensemble des établissements primaires et secondaires du pays.

L’association des parents d’élèves est un partenaire social avec qui les chefs d’établissements sont censés dialoguer en ce qui concerne les préoccupations en milieu scolaire. Dans l’enseignement primaire et secondaire, des centaines d’établissements en sont dotés. D’ailleurs, cette rentrée scolaire encore, les parents d’élèves sont appelés à verser 5000 francs CFA en guise de contribution pour l’association des patents d’élèves au lycée national Mba.

Pourtant, dans la pratique, ces associations ne posent quasiment aucune action sur le terrain. En multipliant par exemple cette somme par 6000 élèves, on se retrouve avec la somme de 30 millions de francs CFA. Le montant total versé par les parents d’élèves qui va dans les caisses des établissements n’a jamais fait l’objet d’une communication. D’ailleurs, dans certains cas, plusieurs établissements n’ont pas une association de parents d’élèves.
Où va cet argent? Pourquoi certains parents en difficulté financière ne sont – ils pas aidés par ladite association ? Pourquoi aucun document de la gestion de la manne financière récoltée dans le cadre du paiement de l’APE n’est pas présentée chaque début ou fin d’année scolaire aux parents?

Au Gabon, on adhère librement à une association, mais dans le cadre scolaire,il semble que l’adhésion soit obligatoire, d’où le paiement des frais de l’APE. Il serait donc temps que les parents d’élèves demandent des comptes aux responsables d’établissements voire au secrétariat général du ministère de l’éducation nationale.

Cette année encore, l’inscription tout comme la réinscription au sein des établissements publics voire parapublics, est fixée à 10 000 francs CFA. Du moins, c’est ce qui en ressort. Où est passé le slogan école cadeau et hôpital cadeau?

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *