Presse gabonaise à quand une redevance publicitaire ?

Partagez

 164 vues

Libreville, le 28 Juillet 2021( NVG)- Le secteur de la publicité est une véritable bétonnière pour la presse privée  gabonaise, certains propriétaires de médias privés seraient obligés d’accepter des contrats insignifiants afin de percevoir un peu d’argent pour continuer à paraître et publier, surtout en ce qui concerne les médias en ligne.

Entre les frais d’hébergement, du webmaster, de location du siège, et les rémunérations des employés, plusieurs directeurs de publics ont désormais fait de leurs maisons leurs bureaux et ont dû se former à être des webmasters afin de minimiser les dépenses.

Pourtant, en ce qui concerne le secteur de la publicité dans notre pays, ce ne sont pas les multinationales ni les entreprises locales et encore moins les institutions bancaires qui pourraient s’en passer. Mais il faille organiser celui – ci. Pourquoi pas une redevance publicitaire ou un office national de la publicité ?

Les médias légaux et remplissant les modalités prévues par la loi gabonaise en matière de création de média, pourraient soumettre leurs dossiers afin de prétendre bénéficier de ladite redevance. Les parlementaires pourraient voter une loi ( redevance publicitaire) s’appliquant aux entreprises qui font des chiffres d’affaires importants, les obligeant à reverser une certaine somme d’argent pour la publicité qui pourrait directement être gérée par l’office national de la publicité.

La subvention accordée chaque année par le contribuable gabonais ne suffit plus et il s’amenuise au fil des années. Aussi, les médias retenus seront appelés à se partager les différents contrats publicitaires avec chaque société et selon les besoins de celle – ci, ou verront directement leur compte être approvisionné selon les modalités fixées.

Une telle innovation dans notre pays est possible, il suffirait en effet d’y mettre les ingrédients qui puissent concrétiser cela.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *