Retour sur l’imbroglio à la frontière entre le Gabon et le Congo

Partagez

 280 vues

Libreville, le 27 Avril 2021( NVG)- Vendredi dernier, des milliers d’internautes et de nombreux médias ont relayé l’information selon laquelle Omar Denis Junior Bongo Ondimba, souhaitant se rendre à Franceville pour assister aux obsèques de son oncle Fidèle Andjoua Bongo, récemment décédé à la clinique El Rapha, aurait reçu une fin de non recevoir de la part des autorités gabonaises, notamment au niveau de la frontière. Des allégations de toutes sortes ont alors été aussitôt relayées sans pour autant être les bonnes informations.

Déjà, pour raison sanitaire et autres, les autorités gabonaises auraient jugées bon de délivrer les autorisations à un groupe de personnes restreint formellement identifiées, qui sont les personnes qui auraient dû former la délégation venue du Congo voisin et assister aux obsèques. Sauf que, la délégation conduite par Omar Denis Junior Bongo Ondimba et Antoinette Sassou Nguesso comptait 45 personnes et non 59 comme énoncé par certains. Certainement à cause du lien familial et en tant que peuples bantous que nous sommes.

Mais ce serait un comité restreint qui était attendu du côté de Franceville,une quinzaine apprend – on des sources proches du dossier. N’aurait – il pas fallu simplement respecter les conditions édictées par les autorités gabonaises ? Certains ont même poussé jusqu’à prêter des intentions de déstabilisation,  d’incident diplomatique et autres à telle ou telle partie. Aucune image de militaires armés jusqu’aux dents, aucune image d’une altercation  quelconque, que du pipo médiatique distillé ici là.

Mais si ça avait été Sassou Nguesso, président du Congo Brazzaville qui accompagnait son petit –  fils, comment aurait réagi les autorités gabonaises ?

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *