Antonio Guterres pointe plusieurs pays du doigt sur leur gestion de la pandémie

Partagez

 879 vues

Libreville, le 25 Février 2021( NVG)- Au cours de son discours annuel devant le conseil des droits de l’homme, le lundi 22 février dernier, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres aurait déploré le fait que certains pays dont il n’a pas cité les noms, s’accaparent de la pandémie actuelle et en font un outil de transgressions et de violations des libertés des populations. << Pour faire taire les voix dissonantes et les médias>>, a indiqué notre confrère du Figaro.

Pour le responsable de l’ONU, la pandémie serait devenue un << prétexte >> dont << les autorités de certains pays ont pris des mesures de sécurité sévères et des mesures d’urgence pour réprimer les voix dissonantes, abolir les libertés les plus fondamentales, faire taire les médias indépendants et entraver le travail des organisations non gouvernementales >>.

C’est donc dire que au sein des plus hautes instances décisionnelles à l’international, la gestion de la pandémie faite par certains dirigeants de certains pays ferait grincer les dents au regard des mesures tendancieuses qui mènent leurs populations au bord de l’asphyxie.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *