Le SENA et la CONASYSED suspendent leur mouvement de grève pour 2 mois

Partagez

 421 vues

Libreville, le 24 Janvier 2022( NVG)- samedi dernier, l’école publique Martine Oulabou a servi de cadre à l’assemblée générale organisée par les syndicalistes membres de la coalition Sena/ Conasysed. C’est avec un pincement au coeur que les syndicalistes ont à l’unanimité décidé de suspendre leur grève initiée depuis le mois d’octobre dernier et qui avait paralysé l’école gabonaise 3 mois durant.
Fridolin Mve Messa, président du syndicat de l’éducation nationale ( Sena ) s’est exprimé en ces termes : << La base a décidé de suspendre la grève>>. Aussi, a – t – il ajouté : << Nous avons lancé un signal fort au gouvernement. Nous lui accordons 2 mois pour régulariser les salaires coupés>>.

Après la mise sur bon de caisse des  enseignants,en novembre dernier, le gouvernement avait pris l’initiative de suspendre les salaires de tous les enseignants absents de leurs établissements. Jusqu’à ce jour, leurs bons de caisses sont toujours bloqués. Seules leurs primes avaient été versées.

Cette suspension de solde de la part du gouvernement a, un tant soit peu mis les syndicalistes en difficulté au point ou beaucoup n’ont pas pu honorer à leurs engagements mensuels. Pour inciter ses collègues syndicalistes à suspendre la grève,Marcel Libama s’est exprimé : <<  Quand vous n’avez plus l’argent votre femme ne vous appelle plus chéri, elle vous appelle par votre nom propre>>.
Les désormais ex grévistes exigent du gouvernement, le rétablissement des salaires et la restitution des sommes encore retenues, comme preuve de sa volonté de collaborer, pour mettre fin à cette crise.

Pour rappel, la grève initiée par la coalition Sena/Conasysed avait comme but d’exiger au gouvernement l’organisation des concours internes de l’ENS et de l’ENI, la création d’une commission d’examen des dossiers des enseignants en activité dans le cadre du recrutement direct initié par la tutelle,le non renforcement du dispositif sanitaire dans les établissements scolaires pour freiner la propagation de la Covid -19 mais aussi le traitement des situations administratives.

Le gouvernement devrait profiter de ce moment d’accalmie, pour passer en revue toutes ces  revendications, afin que l’école gabonaise aille de l’avant.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.