FPN: le Racket pas suffisamment Puni par loi?

Partagez

 128 vues

Libreville, le 23 Août 2021( NVG)- Dans le cadre de la lutte contre le système de racket très ancrée au sein de certains corps de nos forces armées et de défense, 5 policiers, parmi lesquels, Séraphine Mbogha, la Directrice de la voie publique ( DVP), Nancy Bissagou, Anoushka Bounda Milebou, Ulrich Armel Otsobi Wandzangoye et Euloge Moulé, ont été condamnés, le vendredi 13 août dernier par le tribunal spécial correctionnel de Libreville, à 120 jours d’emprisonnement dont 61 jours assortis d’un sursis et une amende de 300.000f CFA chacun. Il leur est reproché d’avoir été auteurs d’un vaste réseau de Racket.

S’il faille efficacement lutter contre le système de racket au sein des Forces de Police Nationale et de Gendarmerie, la justice se doit – elle aussi de se montrer forte et logique en pareil circonstance. Le racket, c’est le poison par excellence qui ternie l’image de l’ensemble de nos corps habillés. La mise en place de la police des polices, le gilet d’identification et pas même la radiation ne semblent calmer les ardeurs des uns et des autres.

Ceux qui sont pris la main dans la sauce, devraient donc servir d’exemples. Il ne devrait pas s’agir de faire montre de Clémence ni circonstances atténuantes dans la mesure où ils sont reconnus coupables de ce délit. Les  législateurs devraient en temps normal débattre de la question, corser la peine du délit de racket, l’urgence en vaut la chandelle.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *