Vie d’artiste : l’international Sima Mboula lance un cri de détresse aux autorités

Partagez

 403 vues

Libreville, le 22 Mars 2021( NVG)- Allô,le gouvernement. Je suis un artiste gabonais. Plus précisément un eloniste ( un joueur/ tapeur de l’elone), cette belle danse traditionnelle de chez nous.

Depuis 1980,j’avais 16 ans à cette époque, je vis grâce à mes tam – tams. J’ai construit entre temps, j’ai épousé une femme, j’ai même des enfants. Toujours grâce à mes tam – tams.
S’il est bien vrai que je ne vivais pas comme un riche,ou encore moins comme un artiste digne de ce nom, du haut de ma carrière. Mais, je subvenais tant bien que mal à mes besoins ainsi qu’à ceux de ma famille.

Le problème est que depuis un an, depuis le mois de mars 2020, je vois peu à peu mon petit niveau de vie se détériorer. Je vois la misère frapper peu à peu ma porte. Parce-que je n’ai plus d’activité. Parce-que je ne peux plus jouir de mon art qui est aussi mon métier. Et Parce-que je n’ai aucune mesure d’accompagnement pour me permettre de survivre.
Je ne demande pas de m’envoyer de l’argent, je sais que c’est impossible. Je veux simplement vivre de mon art, comme je l’ai toujours fait depuis 41 ans.

J’ai besoin de retrouver le spectacle. J’ai besoin de jouer aux Cocotiers ou encore à derrière la prison chaque week end. J’ai besoin d’animer les mariages, les fêtes et les retraits de deuils. Il faut penser à nous autres, artistes qui n’avons plus de quoi vivre. Si certains s’en sortent, moi je ne m’en sors plus.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *