Fin des activités de l’EDGE: le privilège accordé aux hommes au détriment de la formation

Partagez

 388 vues

Libreville, le 20 Mai 2021( NVG)- Moins de cinq (5) ans d’existence, c’est le temps qu’aura fait l’école doctorale des grandes écoles ( EDGE) avant que ne tombe l’arrêté du ministre de l’enseignement supérieur datant du 11 mai dernier, mettant fin aux activités de ladite école, << il est mis fin aux activités de l’école doctorale des grandes écoles du Gabon en abrégé EDGE>>, indique l’arrêté.

Pour rappel, cette école est née de la volonté de trois (3) grandes écoles ( ENS), ENEF, ENSET) de former ensemble une école capable d’assurer la formation doctorale de certains  étudiants de chacune des écoles. Sauf que, au fil des années, les tensions entre responsables aux égos élevés seraient apparues.

Notamment, entre le Pr. Frédéric Mambenga Ylagou, secrétaire général du ministère et Pr. Véronique Solange Okome Beka, ancienne directrice générale.
Bien qu’ayant nommé un intérimaire en la personne du Pr. Jean Aimé Pambou, l’on a du mal à comprendre la décision <<précipité >> du ministre de tutelle. Sachant que l’un des piliers de la politique du chef de l’État est la formation, n’aurait – il pas fallu simplement remplacer les hommes qui sont une entorse au bon fonctionnement de cette école ?

Privilégier les intérêts des hommes plutôt que la formation des étudiants, ce serait le message que semble envoyer Patrick Daouda Mouguiama a l’ensemble de la communauté scientifique et de recherches. Cette fois – ci, a t – il consulté le plus haut sommet de l’État pour décider d’un tel arrêté ? Dans tous les cas, la décision a été prise et actée.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *