Candidature du Gabon au Commonwealth un pied de nez à la France?

Partagez

 352 vues

Libreville, le 17 Mai 2021( NVG)- Le Commonwealth désigne une organisation intergouvernementale constituée aujourd’hui de 54 membres dont le chef n’est autre la reine Élisabeth II et le président en exercice, Boris Johnson. Les États membres n’ont aucune obligation les uns envers les autres. Ils sont réunis par la  langue, l’histoire, la culture et des valeurs décrites dans la charte du Commonwealth telles que la démocratie, les droits humains et l’État de droit. Pourquoi le Gabon veut – il y adhérer?

Les avis divergent sur la candidature du Gabon, portée récemment par le chef de l’État Ali Bongo Ondimba lui – même,en visite de travail en Grande Bretagne. Pour les défenseurs de ladite candidature, cela ne serait qu’une suite logique car notre pays il y ‘a quelques années, a décidé de déclarer l’anglais comme seconde langue officielle sur l’ensemble du territoire national après le français. Pour le Coordinateur Général des Affaires Présidentielles Nourredine Bongo Ondimba Valentin, il y aurait << de quoi diversifier nos partenariats et dynamiser nos perspectives de développement>>.

Mais pour les plus sceptiques, cette manœuvre serait un pied de nez lancé à l’endroit de la France, qui semble aujourd’hui négligée << un tout petit jeu >> le Gabon, aucune visite à Libreville de l’occupant de l’Élysée qui effectue pourtant sans cesse des voyages en Afrique. << Combien coûtera cette possible adhésion au contribuable Gabonais ? En ce temps de crises sanitaires et sociales, est – ce le plus important pour nos populations ? >>, s’est interrogé un  syndicaliste.

Il faut dire que la candidature du Gabon d’adhérer à ce club crée en 1949 et regroupant des anciennes possessions britanniques suscite une vive polémique depuis son officialisation. Après le Mozambique (1995), le Rwanda (2009), le Gabon sera – t – il le troisième pays non Anglophone à l’origine, à intégrer ce club? Faudrait – il s’attendre à une réponse de l’Élysée ? Cette action des autorités gabonaises affectera – t – elle les rapports entre la France et le Gabon.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *