Gabon/ Politique : Succès diplomatique d’Ali Bongo Ondimba.

Partagez

 121 vues

Libreville, le 15 Novembre 2021( NVG) Ces dernières semaines, le Président de la République a eu une intense activité diplomatique. Il a participé à des rencontres de grandes envergure sur la scène internationale, notamment le forum sur les investissements à Ryad en Arabie Saoudite, la COP 26 à Glasgow en Écosse et l’anniversaire des 75 ans de l’UNESCO.

Cela faisait bien longtemps que le président Ali Bongo Ondimba n’était pas présent sur la scène internationale. Ceci en raison de ses ennuis de santé suite à l’accident vasculaire cérébrale ( AVC) dont il a été victime il y a 3 ans. Cette situation avait créée dans l’opinion publique plusieurs spéculations laissant même entendre que le président serait décédé. Mais il n’en est rien. Aujourd’hui tous s’accordent à reconnaître que le numéro un gabonais s’en est pleinement remis et continue d’être le leader de notre pays  à l’international comme ce fût le cas ces dernières semaines.

l’Arabie Saoudite a été la première étape du périple du président Ali Bongo Ondimba à l’international. En effet, c’est trois (3) ans après son AVC qu’il retourne à Ryad pour prendre une part active au Forum International sur les investissements. Il à été également reçu par le Roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud. Outre sa participation à ce forum, l’étape de Ryad constitue une sorte de renaissance pour le chef de l’État.
En commençant sa première grande rencontre internationale par l’Arabie Saoudite, le président a voulu remercier à juste titre les autorités Saoudiennes pour cette hospitalisation sans précédent.

l’Écosse a été la deuxième étape du périple d’Ali Bongo Ondimba. Prenant une part très importante à la COP 26 à Glasgow, le chef de l’État a invité ses homologues à fournir plus d’efforts pour réduire la température mondiale. Non sans reconnaitre les efforts actuels qu’il qualifie << d’insuffisants >>, il a souhaité que cette grande messe sur le climat marque le début d’une nouvelle intégrité climatique.
Les efforts de notre pays en matière environnementale sont reconnus au plan mondial. Et pour preuve, le Gabon était le porte – voix des négociateurs africain lors de ce sommet.

Outre l’Arabie Saoudite et l’Écosse, le Maroc a été la troisième étape du séjour d’Ali Bongo Ondimba hors de son pays. Avec le Roi Mohammed VI, les deux hommes ont discuté des questions bilatérales. Les questions de paix, de développement et de sécurité ont également été abordées. Signalons aussi que c’est la première fois après AVC, que le président gabonais retourne à Rabat où il avait passé sa période de convalescence.

La France a été l’ultime étape de la tournée du Chef de l’État. Invité au 75ème anniversaire de l’UNESCO à Paris, il a été reçu à l’Élysée par son homologue français Emmanuel Macron. Le président s’est dit ravi d’avoir échangé en tête à tête avec le président Emmanuel Macron qu’il remercie pour son accueil très amical et chaleureux. Pour notre pays, cet échange vient mettre  un terme à la rumeur selon laquelle la France aurait lâchée le pouvoir de Libreville, du fait de son rapprochement avec le Commonwealth. Mais il n’en est rien. La France reste un partenaire privilégié pour le Gabon.

Nul besoin de rappeler les relations historiques qui lient nos deux pays depuis l’époque coloniale. Et pour qualifier ces relations, feu le président Omar Bongo Ondimba s’exprimait en ces termes: << le Gabon sans la France c’est comme une voiture sans chauffeur et la France sans le Gabon c’est comme une voiture sans carburant >>.
D’aucuns verraient en cet échange une volonté de réaffirmation du soutien de la France à l’égard du pouvoir de Libreville qui présentait déjà des signes d’essoufflement.

Au – delà du tête à tête entre les deux leaders à l’intérieur de l’Élysée, le président Macron a accompagné son homologue gabonais jusqu’au au perron de l’Élysée, s’en sont suivis embrassade et poignée de main, le tout accompagné de quelques petits mots, symbole d’une amitié entre les deux hommes. Pour les analystes, cette rencontre de Paris laissera certainement des traces et promet dans les jours à venir des changements très profonds dans la sphère politique et administrative de notre pays.

Au regard de ce qui précède, nous pouvons dire que la tournée internationale du chef de l’État gabonais a été marquée par un franc succès diplomatique. Ali Bongo Ondimba a été plébiscité et ovationné par ses pairs aussi bien en Arabie Saoudite qu’en Écosse.

Le leadership du Gabon pour la cause environnementale et climatique n’est plus à démontrer. Le chef de l’État a fixé le cap. Il reste juste à ses collaborateurs de jouer franc jeu pour accélérer la transformation du pays sur plusieurs plans. De la gestion depuis Maixent Accrombessi, en passant par Brice Laccruche Alihanga, jusqu’à nos jours les problèmes de corruption et de détournement sont restés les mêmes.

Vivement que le président Ali Bongo Ondimba mette des hommes ayant un sens de la responsabilité pour faire bouger les choses au sommet de l’État.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *