CAN Cameroun 2022: Quid des primes de matchs

Partagez

 374 vues

Libreville, le 11 Janvier 2022( NVG)- Après la déflagration provoquée par des révélations du Guardian sur les présumées pratiques pédophiles d’un sélectionneur des moins de 17 ans, Patrick Assoumou Eyi, qui aurait violé plusieurs enfants, mais aussi l’intendant de l’équipe nationale les Panthères du Gabon Serge Hamed Mombo impliqué dans ce scandale de pédophile.

Voilà que les joueurs et le staff de la sélection nationale se sont mis en tête d’engager un véritable bras de fer avec leurs dirigeants. Objectif du litige : les primes exigées pour leur participation à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations ( CAN).

3,8 milliards de F CFA. Le document de la Fédération gabonaise de football intitulé << CAN Cameroun 2021: proposition primes par l’encadrement technique des Panthères >>, que notre confrère Jeune Afrique a pu consulter, liste par détail les montants réclamés. Primes de regroupement (855 millions de F CFA),par match gagné en phase de groupe ( 1,32 milliards de F CFA) puis pour les huitièmes de finale (550 millions de F CFA) et les quarts ( 1,1 milliard de F CFA) l’appétit des membres de la sélection, les joueurs, le staff, le sélectionneur Patrice Neveu et le manager général Pierre François Aubameyang est sans limite.

Ils exigent ainsi la somme astronomique de 3,8 milliards de F CFA ( 5,8 millions d’euros) pour une qualification en quarts de finale, soit cinq fois la moyenne des autres équipes africaines.

Au moment où le Gabon affronte des difficultés financières importantes,notamment en raison de la crise liée au Covid-19, pas sûr que les caprices des stars qui gagnent déjà particulièrement bien leur vie, puisque la majorité jouent dans des clubs européens soient du meilleur effet. Pour sa part le gouvernement et la présidence ont proposé un autre système de rémunération moins importantes pour l’encadrement technique et médical.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.