Putch à la municipalité de Libreville : de quelle autorité s’est prévalue le Gouverneur ?

Partagez

 428 vues

Libreville, le 10 Juin ( NVG)- Les langues semblent chaque jour se délier au sein du groupuscule des détracteurs qui aurait décidé de jeter en pâture sur la place publique et sous fond d’humiliation suprême, Eugène Mba, l’actuel et toujours Maire de Libreville. Selon nos confrères de gabon – infos, il s’agirait d’un vaste réseau dont la sulfureuse Gouverneure de l’Estuaire Marie Françoise Dikoumba, serait notamment cité dans cette tentative de  » putch » municipal savamment orchestré.

Selon toujours la même source, c’est en date du 03 juin que le Maire de Libreville, Eugène Mba, aurait été invité par le premier ministre a une réunion dont les motifs ne lui avaient pas pu signer une lettre de démission datant du 26 mai, sauf si la lettre avait déjà été rédigée bien avant. À  ladite réunion en forme de  » guet – apens  » et de putch , aurait pris part le Gouverneur de l’Estuaire Marie Françoise Dikoumba. L’objectif selon toujours nos confrères, faire signer manu militari au Maire une lettre de démission. L’ordre serait venue de la présidence de la République, lui aurait – on affirmé. Une façon de faire inédite et peu orthodoxe, dont on sait d’ailleurs la présidence incapable de procéder ainsi.

Toutefois les complotistes auraient essuyé un refus catégorique d’Eugène Mba. L’homme sage savait très bien que s’il veuille  démissionner, c’est d’abord au Président de la République Ali Bongo Ondimba, Président et Distingué Camarade du Parti Démocratique Gabonais ( PDG) à qui il aurait présenté sa démission en premier lieu. Un responsable du B2 aurait également participé à la  réunion, qui était – ce?

Le Gouverneur de la province de l’Estuaire est – elle au – dessus du ministre d’État Lambert Noël Matha en charge des collectivités locales? Que gagnerait la présidence à organiser une réunion en catimini pour intimer Eugène Mba à signer une lettre de démission qu’il n’a pas rédigé ? Marie Françoise Dikoumba , qui trainerait des casseroles de son passage en tant que ministre des affaires sociales aurait- elle agit dans l’optique de faire son retour au sein du gouvernement après y avoir été limogé pour incompétence ?
L’implication du Gouverneur de l’Estuaire telle que décrite par nos confrères,pose désormais la question de gouvernance de nos administrations.

Est ce le rôle du Gouverneur de convoquer un conseil municipal extraordinaire ? Denise M’Ekamne assurant l’intérim du ministre d’État Lambert Noël Matha, a t – elle été consultée par Marie Françoise Dikoumba dont elle est pour l’instant la supérieure hiérarchique ? Ou celle – ci aurait agit selon son desiderata se considérant cheffe en l’absence du ministre d’État ?
Le Gouverneur de l’Estuaire a clairement outrepassé ses missions en agissant dans le rôle qui doit être celui du ministre d’État Lambert Noël Matha. Quant au premier ministre, serait – elle devenue nostalgique de ses années de << toute – puissante >> à la tête de la Mairie de Libreville ? Pour rappel, l’élue qu’est le Maire de Libreville Eugène Mba, ne tient pas son mandat d’une quelconque nomination,il a été élu Maire par ses pairs avec 145 voix sur 147 votants.

Un choix judicieux du Chef de l’État Ali Bongo Ondimba de placer un banquier, fin connaisseur des rouages financiers à la Mairie, à cette fonction afin de mettre fin à la gabegie financière et aux détournements massifs de l’argent de l’État. C’est donc aux conseillers municipaux de Libreville de décider de convoquer une réunion extraordinaire en vue de décider de la suite des événements, cela ne devrait pa être une  » injonction  »voilée à la va vite de la part d’un simple Gouverneur.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *