Hausse des tarifs de transport urbain: passe d’armes entre la mairie d’Owendo et les clandomen

Partagez

 50 vues

Libreville, le 4 Octobre 2021( NVG)- Dans la commune d’Owendo, au sud de Libreville, capitale Gabonaise, la municipalité et les transporteurs urbains opérant dans ladite commune ne sont pas en odeur de sainteté actuellement, et les riverains en paient le prix fort.

Dans un communiqué datant du 21 septembre dernier, la mairesse indéboulonnable, Jeanne Mbagou, rendait public la nouvelle grille de tarifs des clandos dans  » sa cité « . Et contrairement aux prix des trajets appliqués jusqu’à cette date, les nouveaux tarifs ont été revus à la baisse selon différentes zones, notamment : clando petro,carrefour SNI, Akournam 2 et carrefour fromager.
Les tarifs de 100 francs sont de retour, tout comme ceux de 200 francs CFA, rarement 500 francs CFA.

Si la décision est louable, il n’en demeure pas moins que les les clandomen ont tout de suite réagi avec une grève de deux jours pour exprimer leur mécontentement.
En effet, ces derniers déjà soumis au paiement de taxes et à la restriction des passagers selon les mesures des autorités,ont du mal a accepter une réduction drastique des tarifs. Les populations prises entre le marteau et l’enclume, ont aussi réagi face à la situation.

 » Suite à la décision prise par la mairie celle de réduire les tarifs de transport, aujourd’hui la population subit les conséquences de cette décision prise sans avoir les moyens d’accompagnements. Les clandomen ont décidé de garer leurs véhicules. Madame le maire, j’était à Ndjolé et j’ai vue un bus municipal assure le transport de la population. Ce qui fait que à Ndjolé,les taxis et les clandos ont un concurrent. Et le bus municipal est à moindre coût « .

Copyright : lesnouvellesdugabon.ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *