L’aide du Japon dans la lutte contre les maladies infectieuses s’élève à 2 milliards.

Partagez

 542 vues

Libreville, le 02 Décembre 2021( NVG)- Depuis 5 ans déjà, le Japon aide le Gabon dans la lutte contre les maladies infectieuses, et ce, par le canal de l’Agence Japonaise de coopération internationale ( Jica). Celle – ci avait mis en place depuis 2016, un projet système de surveillance en laboratoire des maladies virales constituant un problème de santé publique ( Symav). Ledit projet qui a coûté plus que de 2 milliards de nos francs et qui prend fin au début de l’année 2022, a permis fin au début de l’année 2022, a permis de séquencer la pandémie de Covid -19.

L’ultime rencontre du comité conjoint de coordination du projet d’établissement d’un système de surveillance en laboratoire des maladies virales représentant un problème de santé publique ( Symav), s’est tenue le 1er décembre 2021 à Libreville par la Jica. La signature de la convention dudit projet lancé en avril 2016 entre l’État Gabonais représenté par le ministre de l’enseignement supérieur et la Jica, le Symav est réalisé par l’Institut de médecine tropicale de l’Université de Nagasaki ( Nekken) et le centre de recherches médicales de Lambaréné ( Cermel).

Notons que, ce partenariat de recherche scientifique, initié par la Jica et l’agence Japonaise pour le recherche médicale et le développement ( Amed) prendra fin en février 2022. Pour l’Ambassadeur du Japon au Gabon : << Ce projet est l’un des plus mémorables de ceux menés dans le cadre des relations bilatérales entre le Gabon et le Japon >>. Et Shuji Noguchi d’ajouter : << Il s’étend sur une période de 5 ans et 10 mois avec un coût global de 380 millions de yens japonais, soit plus de 2 milliards >>. Shuji Noguchi affirme également que 3 chercheurs japonais ont apporté leur savoir à près de 50 chercheurs gabonais à Lambaréné pour améliorer leurs compétences.

Pour le représentant du bureau de l’Agence Japonaise de coopération internationale ( Jica ), le projet de système de surveillance en laboratoire des maladies virales représentant un problème de santé publique ( Symav) a pu atteindre ses objectifs et a permis de mettre un accent sur les maladies infectieuses virales qui sévissent dans la ville de Lambaréné et ses environs, mais aussi de mettre en évidence les informations génétiques responsables des virus les plus importants dans la lutte contre les problèmes de santé publique dans notre pays.

Shuji Noguchi s’est exprimé en ces termes : << Je pense que le niveau de recherche sur les maladies infectieuses au Gabon qui était déjà élevé avant le début de ce projet a été davantage rehaussé>>.

Soulignons à toute fin utile qu’en 2017,un laboratoire de biosecurité ( BSL) 2 & 3 nommé laboratoire de recherches mixte Cermel – Université de Nagasaki a été livré et mis en service pour permettre aux chercheurs de réaliser diverses recherches en laboratoire.

Copyright : lesnouvellesdugabon. ga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.